Foire aux questions (F.A.Q)

Retrouvez ici toutes mes réponses aux questions qui me sont le plus fréquemment posées.

Accès direct aux thématiques :

Transport et urbanisme

Je vous invite à lire ma réponse au questionnaire qui m’a été proposé par l’UFC Que Choisir Nancy sur mon programme au service des consommateurs en matière de transports, d’alimentation ou encore d’environnement en cliquant ici.

J’ai été sollicité par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) pour répondre à un questionnaire au sujet du développement du vélo et plus largement des mobilités durables. Je vous invite à consulter ma réponse en cliquant ici.

Je vous invite aussi à regarder cette vidéo dans laquelle Juliette et Medhi, cyclistes de tous les jours et colisitiers, présentent notre projet de plan express vélos.

L’organisation d’un système de livraison plus adapté aux défis environnementaux constitue un véritable enjeu. Par la même occasion, je souhaite rendre la livraison plus flexible afin de mieux répondre aux modes de vie actuels.

Aussi, je propose de mettre en place un schéma de fret et de logistique urbaine en étroite concertation avec les entreprises de logistique. Mon objectif est de disposer d’une ou deux plateformes aux portes de l’agglomération pour réceptionner et stocker la marchandise à livrer dans un second temps en vélo-cargo pour les derniers kilomètres.

Un tel système aurait l’avantage de réduire les nuisances causées par les camionnettes qui sillonnent la ville. Il permettrait également d’offrir des solutions de livraison innovantes et flexibles pour les commerçants comme pour les consommateurs avec par exemple des livraisons à domicile ou sur des parkings relais. La réalisation d’un réseau express vélos constitue bien évidemment un préalable pour atteindre un tel objectif.

Mon projet est d’étendre la zone 30, en particulier sur les axes très circulants comme la rue de Mon-Désert pour apaiser les conflits entre les piétons, les cyclistes et les automobilistes. Pour inciter à son respect, je combinerai utilement pédagogie et sanction.

En ce qui concerne le renouvellement du tram, la Métropole n’a pas fait la démonstration de la soutenabilité financière du projet. Pour ma part, je ne juge pas réaliste le calendrier prévisionnel selon lequel la montée de Brabois serait assurée pour 2026 et j’estime primordial de mettre en place un système de substitution performant dès 2022, date à laquelle le tram ne sera plus en service.

Je souhaite m’appuyer sur la réalité des flux des 15 000 personnes se rendant quotidiennement à Brabois et au Technopôle. Il faut mettre en place une desserte express adaptée à la réalité des besoins en termes de provenances et d’horaires. L’analyse de flux conduite pour cette occasion apportera des éclairages complémentaires aux études menées jusqu’à présent et permettra de vérifier la pertinence du tracé retenu par la majorité actuelle.

La gamme tarifaire du réseau STAN est particulièrement complexe. Je simplifierai cette gamme pour faciliter la lisibilité des titres auxquels chacun peut prétendre. Je pense notamment aux jeunes travailleurs de moins de 26 ans qui doivent pouvoir jouir de la prise en charge à hauteur de 50% du coût de leur abonnement par leur employeur.

Il me parait également incontournable d’engager un dialogue plus étroit avec les entreprises afin de garantir une optimisation du réseau STAN pour les salariés des entreprises au regard des modalités de financement du réseau de transport et de la saturation du trafic aux heures de pointe.

La Lorraine doit impérativement rester dans les grands axes de circulation pour éviter de se retrouver à l’écart des dynamiques métropolitaines et conforter sa propre attractivité économique. C’est pourquoi je défends depuis des années le projet de gare d’interconnexion à Vandières pour que Nancy reste raccordée aux grands réseaux ferrés européens.

Plus récemment, j’ai milité dans le cadre de la concertation sur l’A31bis pour l’aménagement d’une 3e voie réservée aux transports en commun et au covoiturage au droit de Nancy.

Au-delà, je soutiendrai la desserte express du sillon lorrain, une meilleure connexion à l’aéroport du Findel et une amélioration des débouchés sud.

Le stationnement et la congestion automobile sont de véritables sources de préoccupation pour les habitants de Nancy. Je souhaite engager un plan de mobilité globale pour inciter les personnes en provenance de l’extérieur à stationner aux portes de la ville dans des parkings relais bien connectés aux transports en commun et à un réseau express vélos.

En développant une nouvelle offre de stationnement incitative et des vraies alternatives à la voiture individuelle pour accéder au centre-ville, je suis persuadé que cela doit faciliter les solutions de stationnement pour les résidents du cœur de ville. Par ailleurs, je travaillerai très rapidement sur des solutions de parkings mutualisés à l’image de ce qui s’organise à Lyon ou à Marseille.

Les cyclistes expriment deux besoins auxquels je souhaite apporter une réponse. Le premier concerne l’aménagement d’arceaux en surface pour permettre à chacun de se stationner facilement à proximité de son lieu d’habitation et/ou de déplacement. Le second porte sur le stationnement sécurisé. Ce point sera mis à l’étude dans la perspective de déployer une offre de stationnement sécurisée dans les parkings et les équipements gérés par la Ville et la Métropole.

Les vélos électriques offrent aujourd’hui des solutions de mobilité alternatives au « tout voiture » répondant à l’enjeu écologique et à l’objectif de décongestionner le centre-ville. C’est pourquoi je suis convaincu de l’intérêt d’un subventionnement incitatif pour les particuliers et les professionnels qui pourrait être majoré en cas d’abandon d’un véhicule.La mise en œuvre du plan express vélos que je propose permettra de préciser les modalités de ce subventionnement dès 2020.

La marche à pied est la première des mobilités douces et sa pratique doit être encouragée. Pour cela, je suis convaincu de l’importance de réaliser un certain nombre d’aménagements pour la sécurité des piétons dans les zones de conflits identifiées.

Il faut également améliorer la qualité de la déambulation. La mise en place de rues vertes et la végétalisation des principaux boulevards contribueront à l’atteinte de cet objectif. Par ailleurs, l’installation de bancs publics facilitera les déplacements des personnes dont la mobilité est réduite.

Le projet que je porte pour Nancy définit de nouvelles priorités d’aménagement plus respectueuses de notre patrimoine et plus végétalisées. Les espaces laissés libres de constructions sur le secteur Rives de Meurthe pourraient par exemple accueillir des espaces verts à l’image des jardins d’eau, sous réserve des autorisations que la Mairie aura accordées à la date des élections municipales.

Cette politique doit s’accompagner d’une refonte de la politique de transport et de stationnement. Les règles d’urbanisme doivent être adaptées en faveur de constructions à taille plus humaine et respectueuses du patrimoine.

Je suis favorable à une remise en service des trains de nuit comme d’autres pays ont pu le faire ces dernières années. Cette perspective s’inscrit dans la défense des trains vers le Sud de la France depuis Nancy.

La gratuité des transports publics pour les moins de 18 ans, les plus de 65 ans et pour tous le week-end ne représente qu’un coût marginal de l’ordre de 2% du budget transport de la Métropole. Le financement du service de transport est assuré majoritairement par les entreprises de plus de 11 salariés et le Grand Nancy. La billettique constitue moins de 20% des recettes. La gratuité partielle a pour objectif de rendre un service aux populations les plus captives. Elle vise par ailleurs à inciter les habitants à recourir aux transports en commun plutôt qu’à leur voiture individuelle afin d’agir sur la pollution atmosphérique génératrice d’autres coûts.

Mon projet est de renforcer la vie démocratique locale pour mieux tenir compte des préoccupations et des besoins des Nancéiens. Les principaux projets d’aménagement, dont celui de l’ensemble Carnot-Léopold feront l’objet d’un débat et d’une concertation adaptée.

La foire et les cirques pourront se maintenir sur cet espace en s’adaptant à l’aménagement retenu.

Tout d’abord, je rappelle mon soutien au projet de renouvellement du tram qui constitue le moyen de transport le plus performant qu’une agglomération puisse offrir à ses administrés.

La Métropole, dont le taux d’endettement s’élève à 3 576 € par habitant, n’a pas démontré la soutenabilité financière du projet de renouvellement du tram estimé à près d’un ½ milliard d’euros. Pour ma part, je ne souhaite pas réaliser le tram au détriment des autres politiques à conduire ni de la qualité des services publics.

La proposition de trouver 75 millions d’euros sur le budget de fonctionnement, soit 15 millions d’économie annuelle durant 5 ans ne semble pas crédible. Les services de la Métropole estiment que 84% des dépenses de fonctionnement sont incompressibles au regard des efforts entrepris depuis plusieurs années.

Dans ces circonstances, je conduirai un audit qui déterminera avec précision la manière de rééchelonner les investissements pour garantir la réalisation du tram de manière prioritaire, ainsi que la mise en place d’un service de substitution performant.

En outre, je souhaite inscrire ce projet de renouvellement du tram dans une politique de refonte globale du transport en lien avec les territoires extérieurs, notamment en vue de son extension vers le Nord sur l’ancienne voie ferrée. Sur cette base, nous pourrons obtenir de nouveaux financements de l’Europe, de la Région et du Département.

Il me semble tout d’abord important que les habitants du quartier puissent avoir un accès sans aucune réserve à tous les éléments du dossier de catastrophes naturelles, des expertises menées ainsi que des études liées à l’implantation du bassin de rétention.

En fonction des éléments de sécurité, je souhaite une gestion au cas par cas de chaque habitation concernée que ce soit pour les locataires ou pour les propriétaires qui ont investi leurs économies ou se sont endettés pour pouvoir acquérir leur pavillon.

Cette gestion individuelle ne peut se faire qu’en concertation avec les habitants.

Je vous invite à lire le courrier que j’ai adressé à ce sujet à l’association 60 millions de piétons en cliquant ici.

Un des enjeux majeurs pour Nancy est de retrouver demain un accès direct et performant à Lyon. La voie ferrée vers le Sud nécessite des travaux de rénovation importants sur lesquels l’Etat n’a pas apporté de garanties.

Convaincu que l’offre ferroviaire est une réponse adaptée aux enjeux de transition écologique pour les déplacements de longue distance, je défends depuis toujours la gare d’interconnexion de Vandières pour que la ville de Nancy soit raccordée aux grands axes de circulation et aux grands réseaux ferrés européens.

Les grandes infrastructures relèvent de la compétence de l’Etat. La responsabilité du Maire sera d’anticiper sur les décisions futures pour défendre au mieux ces dossiers majeurs pour les Nancéiens.

Transition écologique, énergétique et alimentaire

Je vous propose de lire ma réponse au questionnaire qui m’a été proposé par l’association EDEN (Entente pour la Défense de l’Environnement Nancéien) en cliquant ici.

Je me suis également positionné sur 26 mesures transversales proposées par un collectif d’associations environnementales en cliquant ici.
La rénovation énergétique des logements doit constituer une priorité pour réduire significativement et durablement la précarité énergétique des plus fragiles et leur vulnérabilité face aux pics de chaleur.

Cette question m’a été posée par Greenpeace Nancy. Dans un souci de transparence, je souhaite publier la réponse que je leur ai apportée. Vous pouvez la consulter en cliquant ici.

Avec la liste « Nancy En Grand » que je conduis, je défends notamment l’idée que la présence d’animaux sauvages dans des spectacles itinérants relève aujourd’hui d’un temps révolu. Toutefois, la détention et l’utilisation d’animaux considérés comme « non-domestiques » dans le spectacle itinérant en France sont à ce jour toujours autorisées, et les municipalités ayant pris des délibérations d’interdiction d’installation des cirques avec animaux ont toutes été déboutées par le Tribunal Administratif. Je suis donc favorable à un changement de la loi.

C’est pourquoi, comme de nombreux maires déjà engagés en ce sens (Beauvais, Dijon, Douai, Lille, Nevers, Montpellier, Paris, Strasbourg, Tourcoing, Tours, etc.), je proposerai au conseil municipal de voter une délibération dans laquelle sera émis le souhait d’une réglementation nationale interdisant la présence d’animaux sauvages dans les cirques et privilégiant les cirques sans animaux, ainsi que la nécessité de contrôles systématiques dans le cadre de la stricte application de l’arrêté du 18 mars 2011 pour tous les cirques avec animaux qui s’installeront sur la commune.

Je suis également convaincu que des évolutions sont possibles et j’engagerai en parallèle le dialogue avec les compagnies de spectacle itinérant pour que des alternatives 100% humaines soient proposées.

De manière plus générale, cette question pose le problème des animaux sauvages dans notre ville et plus précisément à la Pépinière. Si l’espace animalier de la Pépinière a évolué ces dernières années en remplaçant peu à peu les espèces sauvages par des espèces domestiques, il y reste encore des animaux (macaques de java, mouflons corses, daims…) dont on doit se poser la question du devenir et de l’intérêt à les détenir en captivité en centre-ville. Ces évolutions permettront de libérer un espace important au cœur du parc et d’envisager de nouveaux espaces naturels avec des activités ludiques, qui manquent particulièrement aux familles nancéiennes.

La qualité des repas servis dans les cantines est un véritable sujet de préoccupations pour de nombreuses familles.

Les produits ultra-transformés, la production intensive et l’absence de contrôle exercé par la collectivité sur la chaine de production des repas sont autant de raisons à ce déficit qualitatif.

Afin d’y remédier, je souhaite que les cantines de Nancy passent en gestion directe. Cela donnera à la collectivité une marge de manœuvre sur la constitution des menus afin de proposer des repas scolaires 100% bios, « faits maison » et en circuits courts.

Cette démarche implique également de porter un nouveau regard sur les enjeux d’agriculture et d’élevage, notamment en lien avec la question du bien-être animal.

De manière générale, quels sont vos engagements en faveur du bien-être animal ? Retrouvez mes engagement en cliquant ici.

Cadre de vie - Sécurité

Je propose d’abord d’intensifier la collecte des déchets ménagers afin d’éviter que les conteneurs débordent, puis de collecter les encombrants et les déchets verts à la demande. Ensuite, pour lutter contre les incivilités en matière de dépôts sauvages, je compte sur les policiers municipaux référents de quartier que je souhaite mettre en place.

Je veux mettre l’humain au cœur de ma politique de sécurité. Cela se fera d’abord en créant 30 postes de policiers municipaux. Ces policiers resteront armés.

Je souhaite renforcer la mission de proximité des policiers municipaux en créant des référents de quartier. Ces policiers référents connaîtront ainsi mieux leur secteur d’intervention et pourront de fait assurer une efficacité, créer du lien et retrouver du sens à leur mission.

Cette police municipale de proximité aura prioritairement une responsabilité en termes de prévention et de sanction des incivilités ainsi qu’en matière de propreté. Propreté et sécurité sont liées et, de fait, je suis convaincu que la mission de garantir le civisme dans les rues de Nancy revient à la police municipale.

Enfin, je crois qu’il est du rôle de la police nationale et non de la police municipale d’être présente en nuit profonde. Par ailleurs, je souhaite mettre en place une équipe de médiateurs de nuit afin de tranquilliser les sorties des établissements.

Je ne suis pas favorable à une interdiction généralisée des terrasses chauffées. Toutefois, au vu du gâchis d’énergie que cette pratique constitue, alors même que nous devons tous redoubler d’efforts pour réduire notre consommation de ressources, je veillerai à ce les commerçants soient incités à se passer de ces lampes chauffantes sur leurs terrasses.

La vidéosurveillance est un outil efficace d’aide à la résolution de la délinquance.

Toutefois, elle ne doit pas se substituer à la présence physique de policiers, d’autant que son coût reste élevé.

Aussi, je pense qu’il faut utiliser cet outil avec discernement ce qui implique de réfléchir en lien avec la police aux lieux qui pourraient en bénéficier.

Dynamisme, attractivité économique et emploi

Je suis très sensible à ce que le centre-ville retrouve son attractivité et sa vitalité économique. En ce sens, je propose d’agir à plusieurs niveaux.

Tout d’abord, la création d’un périmètre de sauvegarde du commerce doit permettre une meilleure maîtrise des loyers commerciaux et ainsi encourager l’installation d’artisans et de commerçants en ville. A ce titre, je veillerai également à soutenir la vitalité des quartiers tout en régulant le développement commercial en périphérie.

Ensuite, je mettrai en place la gratuité des transports publics le week-end afin de faciliter l’accès des citoyens au centre-ville pour leurs achats et leurs loisirs.

Enfin, je propose de mettre en œuvre un calendrier d’animations sur l’ensemble de l’année en lien avec les associations de commerçants ou encore de soutenir l’installation d’artisans et de commerçants indépendants.

Bien que le parcours reste une prérogative du Préfet, je souhaite engager un dialogue avec la préfecture afin de revoir les trajets des manifestations pour pénaliser a minima les commerces et éviter au maximum les déviations des lignes de transports en commun. Une discussion doit également avoir lieu avec les organisateurs des manifestations. Concernant le soutien aux commerces pénalisés par les évènements sociaux, je souhaite là encore qu’un dialogue puisse s’engager avec les commerçants afin d’envisager les mesures compensatoires qui pourraient être mises en œuvre de manière efficace.

Le Département de Meurthe-et-Moselle a construit dès 2015 un partenariat avec les acteurs du BTP pour faciliter leur réponse aux marchés publics.

Cette expérience est particulièrement intéressante car elle offre aujourd’hui un espace de dialogue permettant d’anticiper et respecter les contraintes de chacun.

Mon intention est de renouveler cette expérience et de l’élargir afin de privilégier au maximum le recours aux entreprises locales.

A ce sujet, je vous invite à lire la réponse que j’ai adressée à la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment en cliquant ici.
Je vous propose de lire le courrier que j’ai adressé à l’Association des commerçants du plateau de Haye en cliquant ici.

Sport – Culture et patrimoine

Je souhaite m’appuyer sur le potentiel patrimonial de la ville vieille, de la ville nouvelle comme de la ville industrielle pour construire un projet de ville respectueux de notre histoire. J’utiliserai aussi la réglementation urbaine pour respecter l’identité et l’âme de nos quartiers ou encore valoriser le patrimoine Art Déco dans la perspective du centenaire de 2025.

Créer une école de cirque à Nancy permettrait de développer la pratique de cette discipline qui contribue au développement personnel et à l’émancipation des personnes. Nancy a tous les atouts pour saisir l’opportunité de développer une telle école avec les acteurs en place comme l’Ecole des Arts du Cirque de Nancy, le Mémo à Maxéville et les MJC.
J’ai adressé un courrier aux artistes et aux acteurs culturels de Nancy afin de partager avec eux ma vision pour la ville en matière culturelle. Je vous invite à le lire en cliquant ici.

Tout d’abord, l’un des enjeux est de faciliter l’accès à la métropole pour les touristes et notamment depuis les agglomérations voisines grâce à l’A31, aux liaisons ferroviaires sud et à une liaison directe avec l’aéroport de Luxembourg. La question de la mobilité pour les touristes se pose aussi à l’échelle du bassin de vie pour offrir des circuits reliés au Château de Lunéville par exemple. Enfin, la question des transports au sein même de la métropole est importante afin de rallier rapidement le centre-gare depuis les zones hôtelières aux portes de la ville (Laxou, Houdemont, Essey). La mise en œuvre d’un réseau express vélos permettra également d’aménager des circuits touristiques à vélo continus et sécurisés. Rendre la ville plus accueillante implique également de favoriser la déambulation. Je porte un projet ambitieux en la matière : rues plus propres grâce au ramassage plus fréquent des ordures et à la lutte contre les incivilités, piétonnisation progressive du cœur de ville, végétalisation des espaces publics avec des rues vertes et le 1er quartier écologique entre Canal et Meurthe.

En matière culturelle, il faut conforter les évènements phares de notre ville – Son et Lumière, NJP, Saint-Nicolas – afin qu’ils génèrent plus de retombées et les faire évoluer pour éviter qu’ils ne s’essoufflent. Le Son et Lumière pourrait être plus audacieux sur le modèle de Constellations à Metz. Comme pour la fête des Lumières à Lyon, la programmation du week-end de la Saint-Nicolas pourrait débuter par un temps fort le vendredi soir pour gagner une nuit supplémentaire.

Par ailleurs, ces rendez-vous phares de la ville sont concentrés sur la fin d’année. Nancy gagnerait en attractivité avec l’organisation de nouveaux évènements entre Janvier et Août : de grandes expositions ponctuelles chaque année en débutant par les 100 ans de l’Art Déco puis les week-ends de l’Art Nouveau en juin, des évènements sportifs liés aux Jeux Olympiques 2024 avec Nancy Terre de Jeux ainsi qu’une véritable programmation estivale.

Insertion et lutte contre la pauvreté

A mon sens, il y a trois réponses à apporter au phénomène d’errance.

La première est une réponse de prévention afin d’éviter que des personnes se retrouvent à ne plus pouvoir assurer leurs besoins vitaux en logement, alimentation… Nul ne doit être laissé de côté et les publics vulnérables doivent être accompagnés pour avoir accès à leurs droits et se lancer dans la vie active.

La deuxième réponse concerne la mise en place de dispositifs de réinsertion en axant prioritairement sur le logement puis le retour à l’emploi. J’étudie aussi la possibilité de créer un village d’insertion qui pourrait accueillir ces personnes pour les raccrocher à une ambition professionnelle.

Enfin, afin d’apporter une réponse aux nuisances que les riverains peuvent subir du fait de l’errance de ces publics, j’appliquerai une politique de médiation stricte en faisant intervenir la police municipale.

Permettre à tous les Nancéiens quel que soit leur budget de se loger dignement c’est d’abord lutter contre la précarité énergétique. Tous les programmes en logements sociaux seront en habitat passif, consommant 90% d’énergie en moins que l’habitat classique. J’engagerai en parallèle un plan général de rénovation thermique des logements.

Par ailleurs, les futurs programmes immobiliers comprendront 1/3 de logements sociaux, 1/3 de locatif privé et 1/3 d’accession à la propriété.

Je vous propose de lire ma réponse au questionnaire de Médecins du Monde Nancy en cliquant ici.

Enfance-Famille – Education – Grand-âge

Je suis attaché à la loi de 1905 dans la mesure où cette loi garantit à chacun la liberté de culte.

En tant que maire, il m’appartiendra de veiller à ce respect et, à ce titre, je ne souhaite pas verser de subventions publiques à des associations cultuelles mais j’assurerai l’entretien des lieux de culte et des monuments qui appartiennent au patrimoine de la commune, quelle que soit leur affectation, car ils sont le bien commun patrimonial des citoyens.

J’ai par ailleurs pour projet de créer un espace dédié à l’organisation de funérailles laïques, ainsi que d’encourager les regroupements confessionnels au sein des cimetières, tel que l’Etat y encourage les collectivités, tout en respectant la neutralité due aux cimetières notamment dans ses espaces publics de circulation.

Pour ce qui est de la participation des élus aux invitations des différents cultes, je laisserai à chacun la liberté d’assister ou non aux cérémonies avec comme unique consigne de ne pas manifester de comportement religieux dans le cadre d’une représentation. Règle que je m’applique depuis que je suis élu, même si je participe chaque année à une manifestation de chaque culte dans un esprit d’ouverture et de discussion.

Concernant le financement des écoles privées, comme je le mets en place au sein du département pour les collèges privés, je ne ferai qu’appliquer la loi qui impose aux collectivités les modalités de financement du fonctionnement des écoles privées sous contrat avec l’Etat.

J’ai été sollicité à ce sujet par l’association Equinoxe qui m’a invité à me positionner sur les 9 mesures d’urgence qu’ils proposent en faveur des personnes LGBTQI de la métropole. Vous pouvez retrouver la réponse que je leur ai adressée en cliquant ici.

C’est à la ville de s’adapter aux personnes qui vieillissent et non l’inverse. Il est donc plus que temps d’agir pour que chacune et chacun, quel que soit son âge, trouve toute sa place à Nancy.

Sensible à la question du pouvoir d’achat des retraités, je proposerai la gratuité des transports publics pour les plus de 65 ans.

Je rendrai l’habitat plus vivable pour les personnes fragiles en période de canicule en menant la rénovation thermique des logements, notamment des logements sociaux.

J’augmenterai le nombre de bancs en ville afin de faciliter les déplacements des personnes dont la mobilité est réduite et je créerai des espaces dédiés « tranquillité et bien-être » dans les parcs.

Les valeurs de solidarité et d’engagement sont également au cœur de mon projet, avec la création d’un service civique nancéien pour permettre aux jeunes d’apporter de la présence humaine aux personnes seules, de les aider à faire leurs courses ou de les accompagner à des sorties.

Par ailleurs, je souhaite associer plus étroitement les seniors à la construction de la métropole de demain en créant un conseil des aînés afin que les décisions que nous prendrons, tant sur la vie quotidienne que sur les grands enjeux, soient éclairées par leur expertise.

En matière de soins, je m’appuierai sur l’ouverture de maisons urbaines de santé dans les quartiers ainsi qu’un hôpital public de proximité dans le quartier St-Pierre/Bonsecours. Y sera également développée une cité intergénérationnelle qui permettra d’offrir des logements adaptés, pour rester à domicile tout en bénéficiant de professionnels de santé en proximité.

Enfin, je m’engage à instaurer une bonification municipale du congé indemnisé pour les proches aidants de personnes en perte d’autonomie, et une plateforme d’appui pour donner des ressources, du réconfort et du répit à celles et ceux qui prennent soin de leurs proches.

Fort de l’expérience acquise à la présidence du Département de Meurthe-et-Moselle, je vous renouvelle ma détermination à défendre ces projets.

Concernant les crèches, je souhaite plus de transparence dans l’attribution des places au profit des Nancéiens.

Je souhaite mettre en œuvre un plan de rénovation des écoles pour que les espaces soient mieux isolés et insonorisés, les cours végétalisées et que les repas de cantines soient en gestion directe avec 100% des repas « faits-maison », en circuits courts et bio.

Je développerai également les résidences d’artistes dans les écoles et je mettrai en place un pass nature pour tous les enfants du primaire, un service gratuit d’aide aux devoirs, la gratuité des transports pour les sorties scolaires et enfin des aires de jeux modernes et plus nombreuses comme celle que je souhaite mettre en place à la Pépinière.

Concernant les stages sportifs, ils seront maintenus et diversifiés, de même que les activités périscolaires gratuites dont je souhaite qu’elles soient plus qualitatives.

La création d’un lieu de baignade en plein air à la Méchelle sera aussi destinée à répondre à la demande des familles.

Enfin, je travaillerai avec les acteurs culturels afin de mettre l’accent sur l’offre à destination du jeune public.

Je vous propose de lire ma réponse au questionnaire qui m’a été proposé par la Fédération des Etudiants de Lorraine (Fédélor) en cliquant ici.

Citoyenneté et démocratie participative

Je souhaite évidemment conserver la réserve civile et citoyenne qui offre une possibilité aux citoyens de s’engager bénévolement pour leur ville et constitue un appui précieux pour les services de secours en cas d’urgence ou de manifestation exceptionnelle.

Je projette également de mener une campagne de recrutement auprès des habitants afin de donner à cette réserve une nouvelle ampleur. A ce titre, je chargerai une adjointe d’animer la réserve civile et citoyenne pour qu’elle puisse être davantage mobilisée auprès de la population.

Avec la liste Nancy En Grand, nous sommes convaincus de la nécessité de renforcer la vie démocratique à Nancy. D’une manière générale, nous mettrons en œuvre des conseils de quartier sur des périmètres adaptés et nous organiserons un débat public sur tous les grands projets de la ville.

En matière de transition écologique, notre ambition est de créer une cité démocratique au service du climat avec la mise en place d’un budget participatif correspondant à 10% du budget annuel d’investissement de la mairie et une Cop26 Grand Nancy pour fédérer les acteurs autour d’un projet commun. En ce qui concerne plus spécifiquement les enjeux de mobilité, des assises métropolitaines de la mobilité se tiendront dès juin 2020 pour adapter la gouvernance et la concertation aux enjeux que nous devons relever.

Bonne gestion et éthique de la vie publique

L’ONG Transparency International France m’a invité à partager ma position sur plusieurs mesures visant à renforcer l’intégrité de la vie publique locale. Je vous invite à lire ma réponse en cliquant ici.

Je suis convaincu que le mandat municipal nécessite un investissement majeur. Si je suis élu maire, je démissionnerai donc de mes fonctions de Président du Conseil départemental, comme les règles de non-cumul des mandats me l’imposent.

J’ai aujourd’hui une expérience solide de gestion au département de Meurthe-et-Moselle. Un département dont le budget est supérieur à celui de l’actuelle métropole et 5 fois le budget de la ville. Un département dont les finances sont très saines aujourd’hui.

Il n’y aura pas d’augmentation de la fiscalité pour financer le projet Nancy en Grand. Mais bien une gestion rigoureuse et maîtrisée des dépenses de fonctionnement, au service des habitants.

Je vous invite à retrouver mon communiqué de presse sur le financement de mon programme en cliquant ici.

Je vous invite également à retrouver la vidéo de présentation de ma stratégie budgétaire en cliquant ici.

Je suis attaché à la qualité du service public rendu aux citoyens, qui ne peut s’envisager sans préserver la qualité de vie au travail des agents municipaux. Quels que soient les impératifs budgétaires auxquels chaque collectivité doit répondre, cela ne peut se faire au détriment de la santé des agents, ni en provoquant une dégradation de leurs conditions de travail.

Je vous invite à lire la lettre aux agents de la ville, du CCAS et de l’Opéra en cliquant ici.