Lettre aux Nancéiens

Chères Nancéiennes, Chers Nancéiens,

À l’heure de solliciter votre confiance les 15 et 22 mars prochains pour devenir votre maire, je souhaite partager avec vous les valeurs et les convictions qui m’animent pour relever ce beau défi.

L’heure est venue, ensemble, de voir Nancy en Grand.

Nancy en Grand, c’est œuvrer à une transition écologique radicale en matière de rénovation de logements, de transports et de nature en ville.

Nancy en Grand, ce sont des déplacements et des mobilités réinventés, un cœur de ville et des quartiers réveillés et redynamisés, l’expression de nouvelles formes de culture, un service public local de meilleure qualité.

Nancy en Grand, c’est repenser notre urbanisme en mettant fin aux logiques des opérations immobilières sans âme ni ambition.

Nancy en Grand, c’est engager et gagner la bataille de notre attractivité économique, donner envie à celles et ceux qui se forment ici d’investir et de s’engager pour leur territoire.

Nancy en Grand, c’est assurer la sécurité et la tranquillité publique dans chaque quartier.

Nancy en Grand, c’est répondre aux défis du vieillissement de la population, de la place de nos aînés en tant que citoyens, du soutien aux aidants qui les accompagnent au quotidien.

Depuis près d’une année déjà, des citoyens de tous horizons ont fait acte de responsabilité en s’engageant au sein du collectif citoyen #AvecMathieuKlein. Elles et ils ont travaillé, en toute sincérité et en toute liberté, à des propositions qui nourrissent aujourd’hui ma réflexion pour Nancy. Cette démarche dépasse les approches partisanes, se dédouane des accords d’appareils politiques décidés à Paris et montre dans les faits la place centrale que j’entends donner aux habitants dans la fabrique collective de notre ville. J’ai exprimé à plusieurs reprises, ces dernières années, la nécessité de repenser la gouvernance de la ville et de la métropole : il ne s’agit donc pas d’une promesse sans lendemain. Je généraliserai les méthodes de co-construction de la ville, qui permettront aux habitants d’agir directement sur les grandes transformations que nous devrons engager.

Comme beaucoup d’entre vous, je fais le compte avec inquiétude de tout ce qui n’a pas été fait et aurait dû l’être au cours du mandat finissant. Ce manque d’ambition, c’est encore le maire actuel qui le résumait le mieux : « un mandat de finition, pas de grands projets » (journal L’Express, février 2014).

Le temps perdu ne se rattrape pas. Mais parce que l’histoire de notre ville est jalonnée de renaissances, nous avons les moyens de dissiper les doutes et de faire renaître cette envie, cette fierté de Nancy. Chaque jour à votre contact, je sais que cette volonté existe et ne demande qu’à s’exprimer, prête à agir.

Si ce mandat de temps perdu n’est donc pas à la hauteur des défis qui se posent à nous, l’heure n’est pas aux regrets, l’heure est à l’action
:

En matière d’attractivité commerciale, il est plus que temps d’instaurer un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat, afin de nous doter d’un levier juridique pour agir sur la nature des implantations commerciales en centre ville, en proposant aux Nancéiens une réelle diversité d’offres.

En matière de mobilités, il faut fluidifier les déplacements de chacun et faire respirer le Grand Nancy. Nous avons besoin d’un tram, mais la transparence doit être faite sur la réalité du calendrier et les capacités financières de la métropole pour engager un plan ambitieux de mobilités au-delà de ce seul moyen de transport. L’audit des finances de la métropole que je réclame permettra à chacun de comprendre les choix que nous aurons à faire ensemble. En prélude à la piétonisation, je suis favorable à l’expérimentation d’une « zone à trafic limité » en centre-ville, accessible aux riverains et aux commerçants, afin de retrouver un usage et un partage apaisé de nos rues.

En matière d’urbanisme, je me refuse à voir une partie de notre ville se transformer en quartiers standardisés, sans identité propre. Notre histoire n’est pas celle-là. Je mettrai en œuvre un moratoire sur la bétonisation de la ville. Je veux que nous reprenions le contrôle sur les opérations immobilières qui assèchent et défigurent notre ville.

En matière de transition écologique, il ne s’agit pas de repeindre quelques murs de la ville en vert. J’engagerai Nancy dans des choix structurants tels que l’autonomie énergétique pour anticiper la fin des énergies fossiles, un plan cyclable cohérent ou encore redonner à l’eau toute sa place dans notre ville. Au-delà de l’enjeu environnemental, c’est également un enjeu économique et social: tous ensemble, nous pouvons réduire la facture énergétique de chacun et devenir moins dépendants de l’augmentation continue du coût de l’énergie.

Je sais que, plus que tout autre élu, le maire a la responsabilité d’être attentif à chacune et chacun. Un bon maire agit pour améliorer la vie quotidienne des habitants autant qu’il entraîne sa ville et donne un cap clair. Je serai ce maire sincère et responsable dont Nancy a besoin.

Engagé dès l’adolescence, j’ai eu l’honneur d’être élu sans discontinuer par les Nancéiens depuis 15 ans au département de
Meurthe-et-Moselle, dont j’ai été élu président en 2014. Je suis également conseiller municipal et métropolitain de Nancy depuis 2008, fidèle à ma ville et à mon quartier des Trois Maisons, dans lequel je vis avec mon mari et nos trois enfants.

La solidarité, la lutte contre toutes les formes d’exclusion et contre la pauvreté sont le cœur de mon engagement. Dans les deux
rapports que le gouvernement m’a commandés en 2018, j’ai pu développer des propositions nouvelles que je m’attacherai à traduire dans les faits à Nancy. Car oui, pour moi Nancy est un véritable choix et non un héritage. C’est ma ville et mon territoire que j’ai choisi de continuer à servir.

Je sais d’expérience que la gestion rigoureuse d’une grande collectivité ne peut être l’affaire d’un seul parti et je suis convaincu
que l’intérêt général doit rassembler des femmes et hommes de tous horizons. Tout en restant fidèle aux valeurs de gauche qui sont les miennes, je serai ce maire ouvert, progressiste et rassembleur dont Nancy a besoin.

Dans les semaines qui viennent, saisissons-nous ensemble de ce moment démocratique important pour construire le projet du Nancy dont nous rêvons. Une ville de tous les possibles pour nos enfants, nos familles, nos parents et toutes celles et ceux qui la pratiquent, la vivent au quotidien.